Portrait Elizabeth Sénécaille Responsable des achats et ambassadrice du projet RSE chez One Step
Portrait Elizabeth Sénécaille Responsable des achats et ambassadrice du projet RSE chez One Step

Elisabeth est responsable des achats chez One Step, depuis une dizaine d’années.
Son métier ? Accompagner les stylistes dans leurs recherches de technicités, d’innovations, de matières, les alerter sur les contraintes des prix à respecter et assurer le suivi des contrôles de qualité/sécurité liés au cahier des charges de la marque.

COMMENT TRAVAILLES-TU AU QUOTIDIEN ?
A chaque proposition de modèle par l’équipe de style, nous partons en quête de la meilleure matière, d’un point de vue esthétique et technique.

QUEL EST LE PROCESSUS DE FABRICATION D'UN PRODUIT CHEZ ONE STEP ?
Il y a 2 orientations possibles : le travail à façon ou le négoce. Avec le travail à façon, nous passons commande d’une matière auprès de nos fournisseurs, souvent rencontrés sur le Salon Première Vision, à Paris. Notez que 40% de nos approvisionnements de matières proviennent d’Europe (France, Italie) ou du Grand Europe (Maghreb, pays de l’Est) ; avec eux, nous collaborons, main dans la main, pour valider la réalisation technique du modèle.

Avec le service négoce, nous effectuons d’abord une recherche de fournisseurs. Le choix de l’un ou de l’autre est déterminé en fonction de la technicité du produit (doudoune, pull ou pièce en cuir par exemple) ou de la spécificité des détails (l’Inde sera notamment retenue pour son travail manuel d’excellence). Suite à la présentation de la collection, les produits sélectionnés sont lancés en production. J’achète alors la quantité de matières nécessaires et mets en place différents contrôles (qualité, usage, santé, entretien) tout au long de la fabrication, afin que la cliente ne soit pas déçue. Comptez sur moi pour informer la responsable de collection du moindre stud qui se décolle !

TU SUIS DE TRÈS PRÈS LE PROJET CONCERNANT LA RSE. EN QUOI A-T-ELLE MODIFIÉ TA FAÇON DE TRAVAILLER ?

Ce projet nous pousse tous à prendre conscience de l'impact de notre activité sur la planète. Et donc à nous améliorer. Et il y a tant à faire ! En complément d'une sélection de matières plus éthiques et plus responsables, certifiées des labels Masters of Linen, viscose Ecovero ou Oeko-Tex, nous avons lancé un audit social et environnemental auprès de tous nos fournisseurs. Hygiène, sécurité et conditions de travail des salariés, nous voulons tout savoir! Parallèlement, nous leur avons adressé un nouveau code de
conduite. Le plus dur est de changer les mentalités. Par exemple, pour rassurer nos clientes, nos produits présentent parfois jusqu'à 6 étiquettes sur la composition, la fabrication, l'entretien, etc. Notre souhait pour 2023 est d'appliquer, sur chaque produit, un QR code de traçabilité, qui regrouperait toutes ces informations jusqu'au lieu de fabrication, en toute transparence, et même si c'est en Chine, en Inde ou au Maroc ! Il ne faut pas dénigrer ce que l'on fait déjà ! Ces pays possèdent des savoir-faire incroyables et beaucoup de minutie. Nos packagings évoluent eux aussi, avec l'utilisation de sacs en
papier recyclé ou de totebags en boutiques, la livraison des produits sous plastique recyclé et recyclable, sans papier de soie et de façon pliée pour limiter les cintres. Concernant nos déchets, nos invendus sont écoulés lors de
ventes outlet ou donnés aux associations (Emmaüs). On s'interroge aussi sur les besoins de renouveler sa garde-robe, sur un service de seconde main, etc.

QUELS SONT LES PREMIERS RÉSULTATS DE VOTRE BILAN CARBONE ?
Il n'est malheureusement pas très bon... mais nous offre néanmoins de belles pistes d'amélioration. Afin de structurer les bases de notre stratégie RSE, nous avons fait appel à la société Ekodev, pour nous accompagner dans l’élaboration et le déploiement opérationnel d’une stratégie de développement durable ambitieuse. Pour cela, elle se base notamment sur la norme Iso 26000, qui détermine tous les engagements et les enjeux à mettre en place. En externe d'une part, l'axe environnemental est primordial, puisqu'il concerne les transports et les matières. L'axe social, lui, demande une totale transparence de nos fournisseurs qu'ils soient de rang 1, 2 ou 3. Par exemple, pour une chemise, elle concerne le fournisseur de matières, mais aussi celui de la broderie, des boutons, des galons, etc. Nous devons être totalement en accord avec toutes les parties prenantes, des consommateurs aux collaborateurs, en passant par nos sites de ventes, mais aussi nos fournisseurs et nos transporteurs. Le Groupe a ainsi lancé plus de 40 audits en ce sens, qui nous ont rassurés puisque les conditions sociales sont respectées. Dans l'absolu, le Groupe IKKS est considéré comme fiable et fidèle auprès de ses fournisseurs, avec lesquels nous avons maintenu les commandes suite à l'annonce de la pandémie. Nous avons aussi élargi nos études à tous nos déplacements, qu'ils concernent les marchandises, les matières, comme les salariés. Pour réduire cet impact carbone, nous souhaitons à terme remplacer le transport aérien par le ferroviaire ou le routier. Nous ne pourrons pas le remplacer totalement et pas tout de suite. Le transport par avion prend 1 semaine et le maritime, 6, le train demande 3 semaines, et le camion, 4. Il faut donc plus anticiper et revoir nos rétro-plannings, pour s'adapter aux changements. Il faut que l'on soit vraiment plus innovant sur les nouveaux projets, d'ici à 2024.

QU'EN EST-IL DE LA TRAÇABILITÉ DES MATIÈRES ?

Si l'on veut agir sur la partie environnementale (pollution de l'eau et de l'air, dérèglement climatique), la traçabilité de nos matières doit être très claire. Notons d'abord que la notion de 'made in' n'annonce pas forcément l'origine de la matière, ni celle de la fibre. Par conséquent, nous allons investir dans un logiciel qui permet d'interroger nos fournisseurs sur tous leurs lieux de fabrication et nous avons mis en place un parcours plus court, en développant la zone europe/méditerranée ; le Maroc est d'ailleurs un pays très «vert» grâce à ses nombreux panneaux solaires, installés dans l'Atlas.
Concernant le cuir par exemple, nous sommes partenaires de LWG et nous demandons à nos tanneries de passer les audits LWG, avec comme objectif de notation du silver et du gold, ce qui garantit la protection de l'environnement en évitant, notamment, de polluer les rivières.

PARLE-NOUS AUSSI DE LA LAINE.

Comme le cuir, la laine et le cachemire sont dans notre viseur, pour une raison principale : ce
sont des matières animales. Elles sont liées aux animaux qui paissent et produisent du méthane, qui participe lui-même à l'effet de serre... Même si l'utilisation de la laine ne concerne que 10% des achats du Groupe, nous avons à cœur de proposer, instinctivement, plus de laine recyclée, ou de partir carrément sur d'autres compositions. Comme le polyester recyclé, qui lui n'a
pas d'impact sur le bilan carbone, ou le coton bio et recyclé, qui, en fonction de son lieu de production, peut réduire de plus de 50% l'impact carbone ; même si on a évidemment besoin d'énergie pour les machines de filage, de tissage...

Concernant le programme de cachemire reconduit chaque hiver, nous étudions un cachemire recyclé...

A suivre...

UN PETIT MOT EN CONCLUSION ?
L'éco-conception est le maître-mot de ce projet RSE. Nos stylistes vont d'ailleurs suivre une formation avant fin 2021, afin de proposer des tissus éco systématiquement. Et si la famille des tee-shirts reste relativement facile à maîtriser, avec le coton bio ou recyclé, la famille des imprimés doit s'affirmer sur du polyester recyclé ou viscose Ecovero®, sans interagir sur les prix de vente. Pour motiver les projets RSE, il faut des équipes mo-ti-vées et se lancer, étape par étape.

PORTRAIT CHINOIS
Si tu étais un vêtement ? Je suis une fan de denim. Notamment pour sa diversité. On part ici d'une (simple) toile que l'on peut la transformer 1000 fois pour lui faire dire plein de choses !
Si tu étais une couleur ? J'aime le blanc, pour son côté pureté, son côté 'tout est possible'.
Si tu étais un motif ? Je suis passionnée par l'écriture et précisément, la calligraphie. Je choisirai un motif façon tatoo !
Si tu étais une saison ? Heureuse en été, malheureuse en hiver. C'est une jolie citation non ?!
Si tu étais un artiste ? J'ai une préférence pour les œuvres qui boostent l'imaginaire, et notamment pour le streetart, à travers la vision de Bransky ou de Basquiat.
Si tu étais une action positive (liée à l'environnement) ? Je suis une vraie 'mère écolo' ! Composteur, achat en vrac, jardins partagés, je suis extrêmement sensible à l'environnement. "Tout ce qu'on peut faire, c'est important.'

Merci Elizabeth pour ce partage.